Avant-propos: Il s'agit d'un article écrit en 2013 et remis au goût du jour en 2015. Retenez que pour ne pas se faire avoir avec les fluocompactes, il suffit de ne pas en acheter.

Depuis 2009 nous avons vu nos ampoules à incandescence remplacées par des lampes flucompactes 10 fois plus chères, présentées comme 10 fois plus résistantes et consommant tout au plus 20W.

Une réduction de la consommation de 50% minimum ? Cool ! Mais où est l'arnaque ?

Calendrier d'arrêt de mise en vente des lampes à filament:

DatePuissance
30 juin 2009≥ 100 W
31 décembre 2009≥ 75 W
30 juin 2010≥ 60 W
31 août 2011≥ 40 W
21 décembre 2012Fin du monde
30 décembre 2012≥ 25 W
Source : Wikipédia - Lampe incandescence

Le but de cet article est de donner quelques pistes de recherches sur ce qui s'annonce être une arnaque monumentale...

Sommaire

Préliminaires (c'est toujours mieux)

Une ressource textuelle : Wikipédia - Obsolescence programmée.

Et une excellente vidéo d'une chaine Youtube © que je ne saurais trop vous recommander. Attention, ouverture d'esprit à la clé (Amateurs de Piranha 3D s'abstenir).

Première partie : Rappels

Durée de vie ?

La durée de vie annoncée de ces ampoules est de 2500 heures. Contre 1000h pour les lames à incandescence.

Certains constructeurs comme Osram vont même jusqu'à afficher des durées de vie faramineuses : 10 000 heures pour 10 000 allumages, qui dit mieux ?

Ces chiffres font pourtant abstraction de nombreux paramètres. Les lampes fluocompactes ne résistent pas bien longtemps aux cycles d'allumage/extinction fréquents, et peuvent perdre près de 20% de leur luminosité initiale avec le temps (voir comparatif des lampes sur Wikipédia). Dans des conditions d'un usage domestique la durée de vie est donc sensiblement réduite et bon nombre de lampes tiennent moins longtemps que les halogènes voire aussi longtemps que les lampes à incandescence, alors que le confort lié à l'éclairage se dégrade peu à peu...

L'utilisation domestique est donc totalement absurde.

De plus, l'électronique permettant l'allumage est bien évidemment plus sensible aux pannes qu'une banale ampoule dans laquelle, on insère bêtement un filament avant d'y faire le vide...

Consommation ?

Voyons quelques chiffres : Wikipédia - Usages éclairage.

En France, l'éclairage représente en moyenne 4 % de la facture énergétique des industries, 30 % de la facture énergétique des immeubles de bureaux, 23 % de la facture énergétique des commerces, 50 % de la facture énergétique des professionnels de la santé.

L'éclairage des foyers représente quant à lui environ 2% de la consommation d'électricité d'après EDF.

Source: led-fr.

Les obligations de réduction de la consommation d'énergie portent donc sur l'un des 2 plus petits postes de la facture énergétique d'un ménage (le premier étant le lave-linge) (un peu plus si le chauffage n'est pas électrique évidemment). À titre de comparaison, le chauffage représente 62% des dépenses. Aider les gens à mieux se chauffer via de grandes campagnes d'isolation des logements n'est pourtant pas d'actualité. Hypocrisie quand tu nous tiens...

En France, le prix du kW est de 0,12€. Pour une durée d'éclairage de 3h/jr sur un an (soit approximativement 1000h de fonctionnement), on dépense 8€ avec une ampoule de 60W à incandescence et 2€ avec une fluocompacte de 15W.

En 2 ans :
dépense de 16€ + le prix ridicule de l'ampoule à incandescence, dépense de 14€ avec l'ampoule fluocompacte...

Difficile de justifier une logique éco-logique à moins que les lampes aient une grande durabilité (lol).

Écologie ?

La poudre fluorescente recouvrant les parois du tube contient entre 3 et 20mg mercure. Métal non biodégradable, "légèrement" toxique dans sa forme organique issue entre autres des retombées des émissions des pays industrialisés (cancérogène, neurotoxique, néphrotoxique). Banni des maisons, notamment avec le retrait des thermomètres, le voilà de retour dans d'autres objets faciles à briser: nos lampes.

Le circuit électronique gérant l'allumage est composé entre autres de transistors fabriqués avec des métaux rares. Étant donné l'efficience reconnue des réseaux de recyclage des composants électroniques on peut commencer à avoir froid dans le dos.

Exemple d'une filière de recyclage européenne délocalisée en Afrique, tournant à plein régime dans le respect des normes ("Des Normes Hontes"):

Deuxième partie : Réparation

Vidéo d'un des génies du web français:

Et enfin un site regroupant les schémas électroniques de la quasi-totalité des circuits (ballasts) présents dans ces lampes (si vous en trouvez un autre faites le moi savoir !): http://www.pavouk.org/hw/lamp/en_index.html.

Les composants sont remplaçables ! La plupart pour des prix dérisoires ! En gardant en tête des consignes de sécurité basiques, la manipulation peut facilement être effectuée. Il y a en effet dans le circuit, un condensateur stockant 400V voire plus ! Il convient donc de s'assurer de sa décharge (plus ou moins lente) lors du démontage. Bref, méfiez-vous des alimentations à découpage, des alimentations tout court et des condensateurs par-dessus tout !

Lors du choix de ces lampes, veillez à choisir une marque facilement démontable;

Concrètement, il faut une lampe pour laquelle le circuit peut être sorti du culot. Le montage de certains modèles est finalisé par une soudure qui rend impossible d'extirper le circuit sans casser le plastique...

Exemple démontable (Philips) :

Exemple où le remontage est quasi impossible (Osram, Luxtech)

Bilan

Faites le plein de lampes conventionnelles et arrêtez d'acheter des saloperies qui sont tout sauf écologiques...

Références

Comme cela fait beaucoup de liens provenant de Wikipédia qui est une source tant décriée (sic), voici votre source d'informations parallèles préférée avec un tuto pour créer votre source d'électricité gratuite et infinie avec des aimants et des bobines. Beaucoup d'aimants et de bobines.